Bilan d'une rentrée scolaire en contexte de pandémie

 

Un colloque entièrement virtuel

La rentrée scolaire 2020-2021 s’est réalisée dans un contexte exceptionnel, surtout en sachant que les balises fixées par la Direction de la santé publique du Québec pour encadrer cette rentrée scolaire pouvaient changer en fonction de l’actualisation des données probantes liées à la COVID-19 et de l’évolution de la pandémie au sein de la population québécoise.

Depuis le début de la pandémie, plusieurs chercheurs universitaires évaluent les besoins émotionnels et relationnels des jeunes dans plusieurs milieux afin de dresser un portrait juste et réaliste de la situation. Également, des organismes et des chaires de recherche ont créé des outils pour aider à prévenir les effets négatifs de la pandémie sur la santé mentale des jeunes.

La collaboration des équipes-écoles est essentielle puisque le personnel enseignant et non enseignant constitue l’ensemble des intervenants de première ligne à œuvrer auprès des jeunes quotidiennement, et ce, dans tous les milieux socioéconomiques du Québec.

Par la présentation d’études et les discussions réflexives qui auront lieu, le colloque du 24 novembre 2020 nous permettra de dresser un bilan de cette rentrée scolaire à propos :

  1. de l’état de la santé mentale des jeunes et de leurs habiletés relationnelles et émotionnelles;
  2. des stratégies les plus efficaces et des initiatives qui auront permis de faire une différence importante dans les milieux éducatifs;
  3. des stratégies à mettre en œuvre pour les prochains mois et les prochaines années afin de mieux accompagner les élèves dans leurs besoins émotionnels et relationnels en contexte de pandémie et de postpandémie.

Le colloque s’adresse aux :

  • Intervenants scolaires (enseignants, techniciens en éducation spécialisée, psychoéducateurs, orthopédagogues et autres membres du personnel de soutien)
  • Directions d’établissement d’enseignement
  • Centres de services scolaires
  • Organismes communautaires
  • Parents

Le colloque concerne la clientèle de la petite enfance, du primaire et du secondaire.

Inscrivez-vous

Horaire de la journée

Télécharger le PDF

Voici les études qui seront présentées afin de dresser un état des connaissances

Grandir pendant la pandémie

Cette étude présente quatre objectifs.

Le premier consiste à vérifier l’attitude des enfants et des adolescents concernant leur réussite éducative et envers l’école en temps de non-fréquentation scolaire pendant la pandémie de la COVID-19.

Le deuxième doit servir à mesurer la détresse psychosociale des enfants et des adolescents pendant la pandémie (en contexte de possible non-fréquentation scolaire).

Le troisième consiste à observer l’évolution des attitudes envers l’école et la détresse psychosociale, d’un point de vue populationnel et au fil du temps, en contexte de confinement ou de transition vers un retour à l’école.

Le quatrième doit permettre d’identifier les facteurs de risque des groupes plus vulnérables aux effets de la pandémie par groupes d’âge, sexe, niveau scolaire et selon la présence d’un trouble d’apprentissage, de la fréquence des contacts avec le milieu scolaire et du niveau socioéconomique perçus.

Julie Leclerc, M.Ps., Ph. D.
Professeure – Université du Québec à Montréal, département de psychologie
Directrice adjointe des programmes de premier cycle en psychologie, UQAM
Chercheuse – Institut universitaire en santé mentale de Montréal
Chercheuse associée – Hôpital Rivière-des-Prairies

Geneviève Gariépy, épidémiologiste et chercheure au CR-IUSMM, ainsi que professeure sous octroi adjointe à l’École de santé publique de l’Université de Montréal

Marie-France Marin, docteure en neurosciences, chercheure au CR-IUSMM et professeure au Département de psychologie de l’UQAM

Programme HORS-PISTE

Chaque année, dans le cadre de l’évaluation de l’implantation et des effets du programme de prévention des troubles anxieux HORS-PISTE, une première collecte de données est réalisée en début d’année scolaire (pré-test), soit avant le déploiement du programme, et une seconde est réalisée à la fin du programme (post-test).

Ces collectes de données permettent de documenter différents enjeux de santé psychologique et de mesurer les impacts du programme. En septembre 2020, cette cueillette aura également servi à mesurer l’impact de la COVID-19 en comparant les résultats obtenus en septembre 2020 à ceux obtenus au cours des deux années précédentes. Ces données se distinguent de plusieurs autres études par le fait qu’elles proviennent de questionnaires autorapportés, donc du point de vue des élèves.

Julie Lane, Ph. D., M.A.
Professeure spécialisée en transfert des connaissances et implantation de programmes probants, département d’études sur l’adaptation scolaire et sociale, Faculté d’éducation.
Centre RBC d’expertise universitaire en santé mentale
Université de Sherbrooke

Danyka Therriault, ps.éd., c.Ph.D.
Coordonnatrice scientifique
Centre RBC d’expertise universitaire en santé mentale
Université de Sherbrooke

Adaptation psychosociale des enfants vivant en contexte de pandémie liée à la COVID-19 : Données préliminaires sur les enfants québécois âgés de 6 à 17 ans

Cette étude vise à décrire le niveau d’exposition à la pandémie et à dresser le portrait de l’adaptation psychosociale et de la santé mentale des enfants âgés de 6 à 17 ans, à évaluer si le vécu entourant la pandémie influence leur adaptation et, finalement, à évaluer si les enfants présentant des vulnérabilités sur le plan de la santé mentale vont moins bien que ceux qui n’en présentent pas dans ce contexte de vie particulier. Des données préliminaires
seront présentées lors du colloque.

Claire Baudry, Ph. D. Psychologie du développement
Professeur agrégée au Département de psychoéducation
Université du Québec à Trois-Rivières
Chercheuse – CRUJeF / Chercheuse – Laboratoire de R/I sur les difficultés d’adaptation psychosociale à l’école
Psychologue à la Clinique Enfance, Famille et Santé

Ainsi que Jessica Pearson, Geneviève Ouellet, Alisone Hébert, Line Massé, Jean-Yves Bégin, Caroline Couture, Elsa Gilbert, Eileen Slater, Kate Burton et Stéphanie Racine-Maurice

Bien-être psychologique des adolescent.e.s en période de pandémie : Enquête sur le bien-être psychologique des adolescent.e.s québécois.e.s en confinement

Ce projet a pour objectif principal de dresser un portrait de la santé psychologique des élèves du secondaire en contexte de pandémie, plus précisément durant le confinement. Divers facteurs associés aux symptômes anxieux et dépressifs chez les jeunes seront présentés dans le but d’informer et d’outiller les acteurs qui interviennent auprès des élèves. Il sera également question des stratégies adaptatives (coping strategies) déployées par les jeunes pour faire face au stress qu’ils ont vécu durant le confinement.

Kristel Tardif-Grenier, Ph.D.
Professeure agrégée
Département de Psychoéducation et de Psychologie
Université du Québec en Outaouais (UQO)

Isabelle Archambault, Ph.D., Professeure à l’École de Psychoéducation, Université de Montréal
Titulaire de la Chaire du Canada sur l’école, le bien-être et la réussite éducative des enfants et cotitulaire de la Chaire Myriagone McConnell-UdM en mobilisation des connaissances jeunesse. Chercheuse au Centre interdisciplinaire de recherche sur le cerveau et l’apprentissage (CIRCA)

Véronique Dupéré, Ph.D., Professeure à l’École de Psychoéducation, Université de Montréal
Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la transition à l’âge adulte et cotitulaire de la Chaire Myriagone McConnell-UdM en mobilisation des connaissances jeunesse
Chercheuse à l’Institut de recherche en santé publique de l’Université de Montréal

Elizabeth Olivier, Ph. D., PS. Éd.
Postdoctorante en Psychologie, Université Concordia

Parcours d’apprentissage et bien-être à l’école en contexte de COVID-19

Le projet vise à dresser un portrait des parcours d’apprentissage et du bien-être à l’école en contexte de COVID-19 en trois temps, les deux premiers à l’aide d’un sondage (devis mixte) et le troisième, à l’aide d’un devis de recherche-intervention à devis qualitatif.

Considérant le retour à l’école des élèves du primaire, le Temps 1 de cette étude vise à sonder le personnel scolaire, les parents et ces élèves à propos de leur bien-être à l’école.

Dans un deuxième temps, à l’automne, les élèves du secondaire, leurs parents, le personnel scolaire et les intervenants communautaires seront sondés par rapport au bien-être à l’école (élèves et personnel) et par rapport aux pratiques de soutien aux parcours d’apprentissage mises de l’avant par les adultes.

Le contexte de COVID-19 a créé une interruption scolaire. Or, la probabilité qu’un élève choisisse de ne pas retourner à l’école tend à augmenter lors de chaque transition ou interruption scolaire.

Par la suite, dans le but de documenter les choix et les besoins des adolescents, cette étude offrira aux jeunes une avenue pour s’exprimer et aux adultes, une façon de mettre de l’avant les pratiques de soutien porteuses d’espoir pour la poursuite de parcours d’apprentissage harmonieux.

Anne Lessard
Professeure, Faculté d’éducation, Études en adaptation scolaire et sociale
Université de Sherbrooke

Impacts de la COVID-19 sur le milieu scolaire québécois

La communication s’inscrit dans la continuité de l’implication soutenue de la Chaire UNESCO de Développement Curriculaire de l’UQAM auprès du milieu scolaire québécois depuis le début de la crise de la COVID-19 : publication de priorités curriculaires destinées aux parents et enseignants en début de crise, publications de diverses analyses et recommandations associées au retour à l’école, mise sur pied d’un projet de soutien éducatif de jeunes du quartier Pointe-Saint-Charles à Montréal débutant le secondaire cette année, etc.

De plus, la présentation se situe dans le contexte de l’amorce d’un projet de recherche, en partenariat avec ministère de l’Éducation et de l’Enseignement Supérieur (MEES), qui vise à mieux comprendre les impacts de la crise de la COVID-19 sur le milieu scolaire au Québec. Le projet évaluera les impacts de la COVID-19 sur i) l’organisation et les établissements scolaires (aménagements physiques, consignes et routines sanitaires, modalités d’enseignement, ii) les apprenants (réussite scolaire, motivation, anxiété, soutien parental, etc.), ainsi que iii) sur le personnel enseignant (pratiques enseignantes, anxiété, sentiment d’efficacité professionnelle).

Patrick Charland
Professeur, département de didactique
Cotitulaire, Chaire UNESCO de Développement Curriculaire
Université du Québec à Montréal

Olivier Arvisais
Professeur, département de didactique
Codirecteur scientifique, Chaire UNESCO de Développement Curriculaire
Université du Québec à Montréal

Tegwen Gadais
Professeur, département des sciences de l’activité physique
Codirecteur scientifique, Chaire UNESCO de Développement Curriculaire
Université du Québec à Montréal

Biographie des chercheurs

Tegwen Gadais

Tegwen Gadais a enseigné l’éducation physique à des élèves de niveaux, de clientèles et d’établissements d’enseignement variés dans plusieurs pays. Il possède également une expertise dans le domaine de la coopération et du développement international où il œuvre toujours auprès de différentes organisations dans les pays en voie de développement. Ses recherches portent actuellement sur les thématiques suivantes : l’éducation physique ; l’éducation à la santé ; les activités physiques de plein air reliées au développement durable ; le sport, l’activité physique et le développement international ; et le développement humain dans une approche holistique.

Olivier Arvisais

Olivier Arvisais est professeur au Département de didactique de l’UQAM et directeur scientifique de l’Observatoire canadien sur les crises et l’aide humanitaires (OCCAH). Ses recherches se divisent principalement en deux pôles. D’abord, elles portent sur la didactique des sciences humaines et sociales au primaire et au postsecondaire. Ensuite, il est aussi spécialiste de l’éducation en situation d’urgence. Dans ce domaine, ses recherches portent sur les initiatives d’éducation dans les camps de réfugiés, la protection de l’enfance à travers les apprentissages socioémotionnels et l’éducation sous les groupes armés ou les proto-États totalitaires. Finalement, le professeur Arvisais oeuvre régulièrement comme consultant-chercheur pour plusieurs Organisations internationales, dont le secteur de l’éducation du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Patrick Charland

Patrick Charland est professeur titulaire au département de didactique et cotitulaire de la Chaire UNESCO de développement curriculaire de l’UQAM. Depuis plus de quinze ans, il a participé à de nombreux projets de formation de formateurs et d’ingénierie curriculaire au primaire et au secondaire (décideurs curriculaires, rédacteurs de programmes d’études, rédacteurs de matériel pédagogique, formateurs d’enseignants et enseignants) d’Afrique subsaharienne et d’Amérique du Sud. Par ailleurs, à titre de didacticien des sciences et de la technologie, il a développé une expertise en neurosciences de l’éducation. Il s’intéresse ainsi à mieux comprendre l’apprentissage en collectant diverses données neurophysiologiques, en direct, pendant la tâche.

Claire Baudry

Ph. D. Psychologie du développement
Professeur agrégée,
Département de psychoéducation
Université du Québec à Trois-Rivières
Chercheuse – CRUJeF / Chercheuse – Laboratoire de R/I sur
les difficultés d’adaptation psychosociale à l’école

Professeure au département de psychoéducation de l’Université du Québec à Trois-Rivières, Claire Baudry travaille également comme psychologue auprès des enfants et des adolescents présentant une douance. Au niveau de la recherche, elle étudie le développement cognitif et l’adaptation psychosociale des enfants vulnérables depuis plus de quinze ans. Son expertise en douance développée au cours de la dernière décennie, à laquelle s’ajoute une grande expertise dans les relations parent-enfant, l’amène à s’intéresser entre autres à l’influence des interactions adulte/enfants doués sur l’adaptation scolaire, sociale et affective de ce dernier. De plus, avec l’arrivée de la pandémie liée à la COVID-19, en collaboration avec plusieurs professeurs, elle a développé un projet portant sur l’adaptation sociale et affective des enfants de 6 à 17 ans en contexte pandémique. Au cours de la dernière année, elle a contribué aux partages des connaissances comme auteure de plusieurs articles scientifiques et vulgarisés, chapitres de livres et présentations lors de congrès au Canada et à l’étranger. Elle travaille aussi au développement de collaboration en Australie sur la thématique de la douance.

Dre Julie Leclerc

M.Ps., Ph.D., psychologue.
Professeure agrégée, Université du Québec à Montréal, Département de psychologie
Chercheuse – Institut universitaire en santé mentale de Montréal
Chercheuse associée – Hôpital en santé mentale Rivière-des-Prairies.

Julie Leclerc est professeure au département de psychologie de l’UQAM. Ses travaux de recherche se concentrent sur la clientèle des jeunes avec des problèmes de comportement (opposition et crises de colère) et des troubles de santé mentale tels que le syndrome de la Tourette, le TDAH, les troubles anxieux, le trouble obsessionnel-compulsif. Elle est spécialisée dans la création et l’évaluation de l’effet de thérapies cognitives-comportementales ciblant les épisodes explosifs, les tics et les compulsions. Elle s’intéresse aussi particulièrement à l’adaptation sociale et scolaire de ces jeunes. Au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, elle dirige le Chantier Santé mentale et Jeunesse qui vise à arrimer la recherche aux services à la population. Enfin, la transmission des connaissances et la formation professionnelle continue font partie intégrante des activités de Dre Leclerc depuis près de 15 ans.

Anne Lessard

Anne Lessard est professeure titulaire à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke. Depuis plus de vingt-cinq ans, elle s’intéresse aux élèves en difficultés d’adaptation, d’abord comme enseignante en milieu scolaire, puis comme directrice adjointe d’une école secondaire et finalement comme professeure-chercheure depuis 2004. Elle est titulaire de la Chaire de recherche de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke sur l’engagement, l’intégration et la réussite des élèves depuis 2012.

Julie Lane

Julie Lane est professeure spécialisée en transfert des connaissances et implantation de programmes probants au Département d’études sur l’adaptation scolaire et sociale de la Faculté d’éducation. Elle est également Directrice du Centre RBC d’expertise universitaire en santé mentale : https://sante-mentale-jeunesse.usherbrooke.ca. Sa mission professionnelle est de contribuer au bien-être des populations dont les plus vulnérables. Elle a œuvré à titre de gestionnaire de projets pendant les 15 dernières années dans le réseau de la santé et des services sociaux où elle développé une expertise en transfert des connaissances et en accompagnement pour implanter des bonnes pratiques cliniques et de gestion. Le ministère de la Santé et des Services sociaux sollicitait son expertise pour piloter des projets nationaux d’envergure visant à contribuer à la santé des populations.

Danyka Therriault

Danyka Therriault est doctorante en psychoéducation à l’Université de Sherbrooke. Elle a obtenu sa maitrise en psychoéducation en 2010 et a travaillé depuis sur de nombreux projets de recherche, tant fondamentaux qu’appliqués. Elle s’intéresse particulièrement à l’adaptation des enfants, des adolescents et des adolescentes, à l’attachement et aux approches innovantes d’intervention. Elle enseigne depuis 2013 le développement de l’enfant aux bacheliers en psychoéducation et travaille à titre de coordonnatrice de projets et coordonnatrice scientifique au Centre RBC d’expertise universitaire en santé mentale depuis 2018. Sa mission professionnelle est de contribuer au mieux-être et à la réussite éducative des enfants et des adolescents et adolescentes par l’avancement des connaissances scientifiques dans le domaine du développement socioaffectif.

Kristel Tardif-Grenier

Kristel Tardif-Grenier est professeure au département de psychoéducation et de psychologie de l’Université du Québec en Outaouais (UQO), au campus de Saint-Jérôme, depuis 2015. Dès le début de ses études graduées en psychoéducation à l’Université de Montréal, elle s’est intéressée à l’adaptation scolaire et sociale des jeunes issus de l’immigration et à la contribution de l’entourage à cette adaptation. Ses plus récents travaux s’appuient sur une méthodologie mixte et portent sur le bien-être psychologique des élèves du secondaire qui sont issus de l’immigration, le soutien social dont ils bénéficient (parents, amis, pairs, personnel scolaire et communauté) et les stratégies adaptatives qu’ils déploient pour faire face au stress. 

Elizabeth Olivier

Elizabeth Olivier est chercheure postdoctorale au Département de psychologie de l’Université Concordia. Elle a réalisé son doctorat à l’École de Psychoéducation de l’Université de Montréal et un premier postdoctorat à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université catholique de Louvain (Belgique). Ses recherches portent sur le développement de la santé mental et des difficultés adaptatives des élèves du primaire et du secondaire, les répercussions sur la motivation, l’engagement et la réussite scolaire, ainsi que le rôle des pratiques enseignantes.